top of page

La fête des mères m'a stressé

Cette année j’ai réalisé que la fête des mères me stressait…

Et oui en plus de mettre la pression à tout le monde pour que je passe une belle journée, je me suis levée de mauvais poil, crevée (couchée trop tard) et nous avons été, ma famille et moi même face à gros défi émotionnel et relationnel.


D’un côté j’adore cette fête et je trouve ça complètement normale d’être mise à l’honneur en tant que mère !

Et de l’autre elle me met extrèmement mal à l’aise.


Va savoir pourquoi ….


Je me suis laissée imprégnée, j’ai liké des story, des messages, j’ai regardé dans les boutiques ce qui se proposait…

Et puis surtout j’ai accueilli la joie de ma petite fille et de mon mari aussi à vouloir me faire plaisir.

C’est peut être mon ado qui m’a surtout fait réflechir, elle m’a piqué en plein plexus émotionnel comme elle sait si bien le faire. C’est une de mes plus grande enseignante... A cet âge on s’en fiche pas mal des conventions, des figures imposées… Donc cette année ça n’a pas loupé, elle n’avait rien prévu de spécial, mais quand même c’est vrai qu’elle nous a accompagné en balade le matin et en soirée…


Et donc oui c’est fou comme le mental retient le négatif…Sur une journée à 90 % positive, j’ai retenu le truc , le 10 % qui m’avait saoulé…

Et je suis partie dormir avec et ce lundi matin j’ai osé dire calmement ce que je ressentais...ce dont j’avais besoin et à quel point pour moi ça voulait dire beaucoup. Oui c’est peut être un détail pour vous mais pour moi ça veut dire beaucoup, ça veut dire que j’ai de la valeur, et qu’on fait attention à moi, qu’on m’aime quoi. (Je voulais une photo avec mes 2 filles)

Pas comme une Maman, pas comme une surfemme...mais juste moi avec mes ressentis, mes besoins, mes envies….


Je l’avais pas vu venir cette difficulté à traverser la fête des mères.

Enfin le fait d’être tombée sur le livre d’Elisabeth Badinter aurait peut être pu me mettre la puce à l’oreille... « Messieurs encore un petit effort »

C’est surtout cette petite phrase qu’elle a dite lors d’une interview... 

« Nous sommes toutes des mères médiocres »


Ca m’a choqué...je ne sais pas ce qu’elle a voulu dire...mais ça m’a inspiré, ça m’a fait réfléchir et en fin de compte je crois que ça m’a libéré.


Comme beaucoup j’ai l’intention d’être une bonne mère ….et depuis 15 ans je peux vous dire que c’est vraiment pas une mince affaire.

Déjà de base je croyais être par définition une mauvaise mère...pourquoi je n’en sais rien, mais niveau culpabilité je connais bien la sensation…


Maintenant je sais que je ne m’en sors pas si mal, mais si on m’avait dit que de base nous étions toutes médiocres, ça m’aurait faciliter la tâche…


Je me serai sentie moins nulle, moins seule, moins bizarre…


Et j’aime bien en fait me dire que nous sommes toutes des mères médiocres, désolée les filles c’est peut être pas hyper sympa...mais en vrai ….

Nous sommes des êtres merveilleux, mais être parent, sérieusement depuis des siècles et des siècles vous en avez connu vous des exemples, des modèles ?


Peut être que c’est un vrai travail d’être mère, en fin de compte. Sortir de la médiocrité et apprendre à aimer son prochain, son enfant, son amour plus largement.

La Nature nous fait ce cadeau immense de pouvoir donner la vie mais être mère ce n’est pas qu’enfanter...



2024, sacrée Badinter, « Nous sommes toutes des mères médiocres…. »

Je vais loin avec cette phrase, je me dis mais oui évidemment si nous envisageons la Terre Mère, nous les mères individuellement nous ne sommes pas grand-chose…

Mais nous pourrions nous inspirer de la sagesse de la PachaMama, de Gaïa, pour apprendre à être de Bonne Mère …

Pas des mères parfaites, mais simplement des Bonnes Mères.

Qui se soucient des enfants de La Terre.


Et peut être que ça changerait un peu la face du monde, de l’éducation, du bien être, de la paix, des guerres.


Car devenir une Bonne Mère oui bien sûr mais au délà de l’enfant c’est devenir une bonne mère pour soi même, prendre soin de son enfant intérieur...libérer ce qui doit l’être. Faire preuve d’empathie, de bienveillance pour autrui...Agir justement, avec respect, humblement sincèrement...cultiver la Gratitude ...Persévérer.

Plus j’y pense plus je me dis que oui la marge de progrès est immense…

Et que oui les Messieurs aussi ont encore des efforts à faire, car eux mêmes sont également capables d’accueillir la Mère en eux mêmes.


Comment être une bonne mère quand on ne sait pas prendre soin de soi même.

Quand on ne s’aime pas soi même…

Qu’on ne nous a pas appris tout simplement et depuis des siècles et des siècles.


Alors pour cette année j’ai beaucoup appris à la fête des mères, et les larmes que j’ai versé m’ont permis de libérer des choses encore cristallisées. Cette année je me suis beaucoup pardonnée...pour toutes ces années où je suis passée à côté….de moi, de ma mère, des autres mères, de la Terre…


Et puis je sais qu’au fond tout est possible et que si nous devenons des mères qui veillent à tout cela….la Terre en sera reconnaissante et nos vies seront peut être plus réjouissantes.


Alors oui toutes médiocres mais alors avec un sacré potentiel !



A toutes les Mères ! Respect ! Unissons nos forces et devenons ensemble de Bonnes Mères ! Que chaque Mère puisse tendre la main vers une autre ….que nous formions une ronde de coeur courageux autour du monde.



Comme je n'ai pas eu ma photo cette année, en voici une qui date de 2020 et en cadeau d'ailleurs dans la nuit du dimanche à lundi...j'ai rêvé que le temps se rembobinait et que mes 2 chéries étaient redevenues plus petites...toujours avec un caractère bien trempé !

Et si c'était la qualité d'une Bonne Mère après tout ...


Merci pour votre lecture, n'hésitez pas à me commenter ce que vous en pensez :)



4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page